A PROPOS

↳ MON PARCOURS

 
 


C’était il y a presque 20 ans au Bhoutan, auprès du Vénérable Drubpön Ngawang Tenzin, que tout a commencé. Le jour où, devant un Thangka, il en a levé le voile pour moi, mon coeur était conquis. Je savais que cet instant allait changer ma vie et que je changerais ma vie pour cela. Consciente qu’il existait des voies d’enseignements, des routes du sel, du thé, de la soie, j’ai supposé qu’il y en avait aussi une qui avait emmené des peintres sur la voie de la couleur.

C’est pourquoi j’ai moi aussi décidé de prendre la route et d’aller voir, dans toute l’Asie, dans les temples, les grottes et les monastères sous quelles formes elles se présentaient ailleurs.  C’est comme cela que j’ai emprunté des centaines de chemins, des centaines de sentiers et passé quelques cols, m’arrangeant toujours pour croiser ou faire la route avec des moines, des lamas, des amchis ou des peintres et glaner ainsi toutes les informations sur les techniques de fabrication et les « recettes anciennes », en profitant pour me former auprès d’eux aux bases et aux principes de la peinture tibétaine. Bouleversée par l’extrême détérioration de certaines réalisations, je choisis dès lors de mettre à profit mes connaissances patiemment acquises au service des oeuvres elles-mêmes. C’est ainsi j’intégrai l’atelier de restauration de Madame Marion Boyer ,  de 2008 à 2015.

 
 

C’est grâce à cette immersion permanente au milieu d’oeuvres séculaires ainsi qu’aux études menées en parallèle et aux nombreux enseignements reçus, que j’ai aujourd’hui la possibilité de leur venir en aide sereinement.

Car il m’importe réellement de maitriser le sujet dans son ensemble, de connaître les enseignements et les pratiques auxquelles elles sont liées, toutes écoles et traditions confondues. J’ai ainsi toutes ces années habitué aussi mon oeil et ma main à comprendre et à représenter leur iconographie foisonnante issue des différentes régions et établie sur plusieurs siècles.

Je me dédie aujourd’hui à leur venir en aide, dans mon atelier, quel que soit leur état, la nature des dommages ou le type d’altérations qu’elles ont pu subir, afin de leur permettre de recouvrer leur fonction première et leur beauté d’origine.

Lire les details

 

 

RÉSUMÉ  : A PROPOS DE GWENDOLINE MALRIEU